Article paru dans le magazine Santé intégrative n°24, novembre/décembre 2011.

Nos émotions sont nos pires ennemis de l’intérieur, nous pouvons tomber malade à cause d’elles, mais pouvons-nous guérir de la maladie grâce à elles ?

Comment définir une émotion selon la médecine chinoise? Quelle est la relation entre les émotions et la bonne santé ?

Reins grossesseL’émotion est un trouble intense de l’affectif, qui est le ressenti relatif à la perception de cette émotion. Selon la médecine chinoise, les 5 émotions (wu zhi) reflètent l’énergie (Qi) des 5 Organes (wu zang) correspondant aux 5 Eléments (wu xing). Les émotions sont considérées comme une forme d’énergie très subtile. Emotion vient du latin « emovere » qui signifie « mettre en mouvement ». La colère est l’émotion du Foie, elle correspond à l’élément Bois, à la couleur verte, comme « être vert de colère ». La joie est l’émotion du Cœur, elle correspond à l’élément Feu, à la couleur rouge. En Chine, la mariée porte la couleur rouge qui apporte bonheur et prospérité. La rumination mentale, les soucis, la pensée obsessionnelle sont les émotions de la Rate, elle correspond à l’élément Terre et à la couleur jaune. L’excès de cogitation mentale donne un teint jaune et pâle comme la Terre. Le chagrin, la tristesse sont les émotions du Poumon, elles correspondent à l’élément Métal et à la couleur blanche. En Asie, le deuil est porté en blanc et non pas en noir comme en Occident. La peur est l’émotion des Reins, elle correspond à l’élément Eau et à la couleur noire, une immense peur peut faire perdre ses urines, le liquide des Reins.

La production, la transformation, la circulation des 5 émotions dans le réseau des méridiens dépendent de la régulation de l’énergie des 5 Organes qui les gouvernent, selon le cycle d’engendrement (Sheng) et le cycle de domination (Ke). Les 5 émotions sont physiologiques si elles sont correctement régulées. Elles deviennent pathologiques quand elles sont excessives ou répétées : il s’agit des 7 sentiments (qi qing) qui sont la colère la joie, la rumination mentale, la tristesse, la mélancolie, la peur et la frayeur. Il n’y a pas relation linéaire entre une émotion et un Organe. Par exemple, la colère normalement attribuée au Foie peut aussi attaquer l’estomac, une colère violente peut provoquer à son paroxysme un vomissement de sang.

La racine de l’Esprit des Cinq Organes, les « Ben Shen »

En médecine chinoise, il n’y a donc pas de séparation entre le corps et de l’esprit pour la simple raison que les émotions et l’esprit des 5 Organes ne sont que l’expression de leur activité physiologique qui gouverne notre santé

Selon la médecine chinoise, l’Esprit s’appelle le « Shen ». Chacun des 5 Organes est animé d’un Esprit qui lui est propre et qui est sensible à l’émotion qui correspond à cet Organe. Au sens large, le Shen-Esprit est la manifestation de la vitalité globale des Organes internes qui s’exprime dans l’éclat du regard (les yeux sont le miroir de l’âme), la clarté de la pensée et la cohérence du langage (« Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément » Nicolas Boileau - L'Art Poétique 1674), la luminosité du teint, la justesse du comportement, l’harmonie des attitudes. Tout ceci est le reflet de Sheng Ming qui est la « radiance lumineuse » de l’Esprit des Organes internes.

  • L’esprit du Cœur est le Shen. Il gère la conscience, les fonctions cérébrales cognitives, la pensée, la mémoire émotionnelle.
  • L’esprit du Foie est le Hun. Durant la vie, le Hun est nourri et ancré par le sang du Foie, il gère la spiritualité, l’imagination, l’alternance de veille et de sommeil, les rêves, et le subconscient. Après la mort, il quittera le corps physique pour monter au ciel ou pour se réincarner sous une autre forme corporelle.
  • L’esprit de la Rate est le Yi. Il gère l’idéation, la logique du raisonnement, la capacité de comprendre, de se concentrer pour apprendre, d’étudier pour mémoriser (mémoire immédiate).
  • L’esprit du Poumon est le Po. Il donne au corps physique sa capacité de sentir, d’écouter, de voir, de toucher, de percevoir le monde extérieur. Il gère l’aspect instinctif, sensitif de la vie neurovégétative. Lors de la grossesse, il joue un rôle primordial dans l’embryogénèse.
  • L’esprit des Reins est le Zhi. Il donne le courage et la détermination d’atteindre un objectif, le vouloir vivre, la capacité de se réaliser. La « résilience » ou l’endurance psychique face à la souffrance est une forme très élaborée du Zhi. Une personne volontaire, résistante aux épreuves de la vie « a les reins solides ».

En médecine chinoise, il n’y a donc pas de séparation entre le corps et de l’esprit pour la simple raison que les émotions et l’esprit des 5 Organes ne sont que l’expression de leur activité physiologique qui gouverne notre santé: leur fonctionnement harmonieux conditionne donc notre équilibre émotionnel. Cependant, l’interprétation des émotions dépendra de la mémoire du vécu, de l’expérience, de l’éducation familiale, du conditionnement culturel et social qui construira chez le patient « ses croyances » souvent subjectives et profondément enfouies dans son subconscient pour devenir « sa réalité ».

Comment les émotions peuvent elles nous rendre malade?

Les pressions émotionnelles intenses et durables vont faire stagner l’énergie du Foie, ce qui va affaiblir l’énergie de la Rate qui ne pourra plus transformer ni les aliments ni les liquides, d’où la stagnation de nourriture dans l’estomac et la production de mucosités sous forme d’obésité. La stagnation de l’énergie du Foie se transformera en stase de sang puis en chaleur de stagnation puis en feu toxique. Ainsi l’engrenage des 6 Stagnations sera responsable du déséquilibre global des 5 Organes énergétiques internes, qui aboutira à des désordres physiques, psychiques et émotionnels dont les symptômes les plus fréquemment rencontrées en pratique clinique sont la fatigue, l’insomnie, la baisse des défenses immunitaires, les troubles digestifs.

Comment les émotions peuvent elles nous aider à guérir des maladies?

Reins grossesseGuérir des souffrances émotionnelles est une question de choix et de responsabilité qui nous amène à chercher le chemin de sa liberté intérieure. Ce chemin passe par différentes étapes : comprendre que la souffrance a un sens. Faire des deuils sur son passé est une nécessité pour vivre au présent et se projeter dans le futur. Renoncer aux croyances néfastes subies et non pas choisies, inculquées par sa culture, sa tradition ou sa famille. Construire l’estime de soi commence par s’accepter tel que l’on est, pour accepter de s’aimer et de se respecter. De la reconnaissance des autres (l’altérité) nait l’identité de soi, du respect de soi nait la tolérance envers les autres. L’estime de soi est l’étape vers la confiance en soi qui vous donne le courage de refuser d’être le bouc émissaire de la culpabilité des autres, le courage d’accepter d’être vulnérable pour devenir perfectible, le courage de ne plus dépendre du jugement ou du regard des autres. Le détachement est cet espace de liberté intérieure qui nous donne la capacité d’agir en fonction de son authenticité.

Etre sur le chemin de la vie est un éternel processus de transformation énergétique, émotionnelle et spirituelle. La souffrance est notre meilleur maitre pour apprendre à renoncer à l’arrogance de l’égo, pour prendre le chemin de l’humilité afin de conquérir l’amour de soi et accéder à la compassion. La compassion est cet amour universel entremêlé d’empathie, de bienveillance, de tolérance qui donne une dimension grandiose au sens de sa vie.