Article paru dans la newsletter « Mot à mot » publié par les laboratoires Motima en septembre 2011 et présenté en conférence du MEDNAT (médecine naturelle) à Lausanne le 2 avril 2011

Reins grossesseLa médecine énergétique chinoise est d’avantage « l’art de nourrir la vie » pour préserver la bonne santé plutôt qu’une science de la maladie. Prédictive et préventive, elle s’intéresse plus au malade qu’à la maladie. Le malade est le terrain énergétique propice à l’implantation d’un profil particulier de maladie : c’est le concept de la graine (la maladie) et du sol (le malade). Les symptômes de la maladie sont les « branches », le terrain du malade est la « racine », en tant qu’écosystème favorisant l’éclosion de la maladie. La médecine chinoise s’intéresse non seulement à la physiologie des Organes Internes mais également aux émotions, à la personnalité psychologique, à la nutrition, à l’hygiène et au mode de vie qui reflète l’environnement culturel et social du patient. L’équilibre entre l’Energie des Organes internes et la nutrition fonctionnelle de nos cellules conditionne l’harmonie entre le corps et l’esprit, le secret de la bonne santé. La diététique énergétique est essentielle pour « cultiver la Vie dans cet immense jardin secret qui est notre corps. »

Cancer selon la médecine chinoiseLe déséquilibre énergétique chronique des Cinq Organes internes conditionne le terrain pathologique du malade favorable à l’éclosion du cancer. Le terrain énergétique du malade est la racine du cancer.

Le Rôle du Foie

Le Foie contrôle le drainage, la dispersion et la circulation de l’énergie dans les 4 directions : la montée, la descente, l’entrée, la sortie. Quand l’énergie circule, les aliments, le sang et les liquides organiques et les émotions circulent et se transforment. Le Foie draine des émotions qui sont considérées comme une forme très raffinée d’énergie et que les chinois appellent les « 7 sentiments ». Chaque organe est vulnérable à un sentiment particulier, par exemple

  • la colère nuit au Foie
  • la joie excessive nuit au Cœur
  • la rumination mentale, la pensée obsessionnelle nuisent à la Rate
  • la tristesse et la mélancolie nuisent au Poumon
  • la peur et la frayeur nuisent aux Reins

Conférence donnée aux laboratoires Motima, 1er décembre 2011.
Conférence donnée au salon du MEDNAT (médecine naturelle), Lausanne, 3 avril 2011.
Conférence donnée au salon de Vivez Nature, porte de Versailles à Paris, 20 mai 2011.

Prévention cancer Malgré les 500 milliards d’euros dépensés dans le monde pour la recherche médicale depuis 10 ans, malgré les progrès de la recherche scientifique dans le combat contre le cancer et une politique de dépistage précoce, le CANCER est devenu une véritable « épidémie mondiale ». Le cancer est essentiellement une maladie du stress de la civilisation industrialisée et d’une mauvaise hygiène de vie. En France, 1 million et demi de personnes sont décédées du cancer durant ces 10 dernières années, 280 000 nouveaux cas sont recensés chaque année. La France a le taux de mortalité le plus élevé en Europe concernant le cancer chez les hommes, elle se situe au 2è rang concernant le cancer chez les femmes. Les cancers en forte progression sont le cancer du POUMON, du SEIN, et de la PROSTATE.

Extraits du journal shao yang de Ma Fan.

Vivre en paix avec le cancer Dans le monde actuel, la tendance voudrait qu’on traite le cancer de « façon excessive ». Pour bon nombre de patients, le mot cancer évoque systématiquement : la mort, l’intervention chirurgicale, la radiothérapie, la chimiothérapie. Tous ces traitements utilisés pour tuer les cellules cancéreuses, peuvent provoquer un « excès de traitement ». Avant d’appliquer quelque traitement que ce soit, il est impératif de tenir compte de l’état général de son patient et de l’état d’avancement de son cancer. Si le patient est trop faible ou trop âgé, ou si le cancer est trop avancé et métastasé, un traitement trop lourd, peut aggraver son état de souffrance et baisser ipso facto sa qualité de vie. Dans ce cas-là, on pourra envisager une méthode plus douce pour « vivre en paix avec le cancer ».Dans la tradition chinoise on dit

  • Ne pas faire la guerre et la gagner : c’est la meilleure solution
  • Faire la guerre et la gagner : c’est une solution intermédiaire
  • Faire la guerre et la perdre : c’est la pire des solutions